Ciel de Case

jeudi 29 octobre 2020

Analogie

Crique Couleuvre.

Des bancs de jeunes Heros efasciatus - "payas" - et de Cleithracara maronii - "prapras" - et en surface, dans le courant de l'eau peu profonde un banc de  Laimosemion xiphidius - "toumbloucs". Les paillettes de mica en suspension miroitent dans l'eau remuée par les baigneurs.

Nyctilopus nigrescens - Poussin

En pleine période sèche, la brise passant en sous-bois contribue en partie à dessécher la végétation, notamment les mousses (bryophytes). Quand les mousses sont vraiment trop dessiquées, elles se détachent en copeaux des branches mortes pourries, et se racornissent au sol en se repliant sur elles-mêmes. Elles gardent néanmoins un aspect pelucheux. Ce poussin d'engoulevent noirâtre fraîchement éclos copie à la perfection l'aspect de cette mousse. Les engoulevents noirâtres ne construisent pas de nid. Ils pondent à même le sol, sur un sol jonché de gravillons, feuilles sèches et brindilles de tout calibre. Le petit, mousse parmi les autres éléments végétaux, passe parfaitement inaperçu, tandis que le parent, dévoué et prévenant, volette devant l'intrus pour l'écarter de son poussin.

Nyctilopus nigrescens - Poussin

Je n'ai fait aucune misère à ce pioupiou, juste deux photos volées, à distance respectueuse. Les photos sont largement recadrées.

Passiflora glandulosa

Posté par vireusegate à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 28 octobre 2020

Geranoaetus albicaudatus

Geranoaetus albicaudatus

Posté par vireusegate à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Y'a pas de miracle

Panthera onca

Des traces anciennes et plus récentes se chevauchent : il est passé puis repassé, au petit matin sans doute ou dans la nuit, pour les plus fraîches.

Panthera onca

Panthera onca

Photos 300mm et smartphone

Panthera onca

Le coin est très régulièrement pratiqué : on voit bien au sable foulé de nombreuses traces de passage. 

Panthera onca

Cela faisait bien 6 ans que je n'étais pas revenue sur cette piste blanche. J'y passais déjà rarement, mais presqu'à tous les coups j'y trouvais des traces de jaguar ou de puma. Pas de surprise : quand la zone est ultra sécurisée et surveillée, que les gens, mais surtout les chasseurs, n'y ont que difficilement accès, la vie reprend ses droits et, redevenue souveraine, n'a besoin de personne, et les super-prédateurs d'aucun plan de sauvegarde.

Posté par vireusegate à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 26 octobre 2020

Dernier refuge dernier rempart

Montagne de Kaw

Posté par vireusegate à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

3h à l'ombre

Rivière de Kaw

2 podocnémides de Cayenne passent en pleine eau, portées par le courant de marée montante. Elles laissent affleurer leurs yeux et leurs narines. Discrètes, elles semblent des feuilles, ou des bouts de bois.

J'admire ici, plus que n'importe où ailleurs, ces adaptations qui donnent l'occasion d'exister sans être remarqué. La discrétion, première des vertus ?

 --- --- ---

Stéphanie pilote comme une cheffe.

Posté par vireusegate à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Archaeopteryx !

Opisthocomus hoazin

Arrivés sur Kaw beaucoup trop tard - sur l'eau à 9h, on rate les belles heures, l'éveil de la faune et la fraîcheur. Tchiiip ! On roule à 3 noeuds - c'est trop pour l'observation et la photo - pour trouver les tarpons.

Le soleil bastonne et nous assomme. Eaux grasses du limon de saison sèche. Pas de poissons.

Et 2 grébifoulques d'Amérique qu'on effarouche.

Posté par vireusegate à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 23 octobre 2020

En attendant demain

Corallus hortulanus

Corallus hortulanus

Extra slim - un peu en-deçà de son poids de forme.

Il était chouette celui-là, tranquille, pas pressé, intrigué, curieux, en déplacement dans un beau massif de Varronia curassavica. Un joli moment d'observation mutuelle.

Posté par vireusegate à 21:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 17 octobre 2020

Bougainvillea spectabilis

Ici Bougainvillea spectabilis ou glabra ? Pas moyen de se fier aux identifications sur le net qui proposent tantôt l'une, tantôt l'autre espèce. Arbuste sarmenteux et peu épineux. Inflorescence composée de bractées roses et de fleurs blanches.

Parmi nos plus hardis explorateurs, Louis-Antoine de Bougainville.

En 1756 il embarque pour le Canada sur La Licorne, il devient aide-de-camp de Montcalm pendant la « Guerre de Sept Ans » ou « French and Indian War » opposant les troupes françaises - alliées aux Amérindiens -, et les troupes anglaises. Il y reste jusqu’en 1760, date de la reddition française après la mort du général Montcalm.

Entre 1766 et 1769  il effectue en tant que capitaine de la frégate royale La Boudeuse - navire de guerre - la première circumnavigation officielle française. La finalité en est politique : il faut affirmer pour le compte du roi Louis XV la maîtrise des nouvelles voies maritimes, principalement dans le Pacifique, et conquérir des terres inconnues. Bougainville, capitaine de 37 ans, quitte le port de Nantes le 15 novembre 1766 et fait escale au Brésil quelques mois plus tard. Le botaniste Philibert de Commerson embarqué sur la flûte L’Etoile - le navire de charge de l’expédition - le rejoint à Rio de Janeiro et y collecte des plantes aux généreuses inflorescences violettes qui seront offertes à Joséphine de Beauharnais et qu’il dédiera à Bougainville : Bougainvillea spectabilis ne sera décrit qu'en 1798 - famille : Nyctaginaceae

Après l'escale au Brésil, Bougainville passe le détroit de Magellan, louvoie dans l'archipel des Tuamotus, et aborde l'île de Tahiti en 1767, juste après Samuel Wallis, qui vient de la découvrir. Il s'enthousiasme pour la beauté de la "Nouvelle Cythère". Bougainville poursuit son tour du monde en relâchant aux îles qui se présentent sur sa route, la Papouasie Nouvelle-Guinée - il laissera à cette occasion son nom à l'une des plus grandes îles de l'archipel des Salomon, il découvre les Nouvelles-Hébrides, s'arrête à l'Ile Maurice. Il passe le Cap de Bonne Espérance, contourne l'Afrique et regagne la France en débarquant à Saint-Malo le 16 mars 1769.

Il accède au grade de vice-amiral en 1792. Il est élevé à la dignité de comte en 1808.

--- --- ---

Le bougainvillier ou "la bougainvillée" est maintenant implanté un peu partout sous les Tropiques : Afrique, Océanie, Océan Indien, ... comme sur le pourtour méditerranéen.

18 espèces, parmi lesquelles : B. spectabilis, B. glabra, B. buttiana, B. pachyphylla, B. peruviana, B. spinosa, B. stipitata.

 

 

Posté par vireusegate à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 16 octobre 2020

Lune noire - The Moon is down

Eclosion de sauterelles

Eclosion de sauterelles nanométriques qui, ainsi rassemblées pour la nuit, forment un organisme hirsute discret, fondu dans la végétation. Elles se disperseront très certainement au lever du jour, pour vivre dès lors chacune de leur côté.

Les nymphes des criquets de savane Tropidacris collaris adoptent la même stratégie de rassemblement, en journée où elles progressent en tas de plante en plante, se serrant davantage encore à l'approche d'un potentiel prédateur ou étirant la masse en plusieurs tentacules, mais elles jouent alors au maximum la carte "organisme urticant" : noires et rutilantes, éperons, épines et antennes bien en évidence; et au moment où le soleil décline, les nymphes se "garent" bien proprement tout autour d'une tige, ce qui leur confère l'allure d'une herse imprenable. Ces nymphes ne se désolidarisent que dans les stades terminaux, quand elles sont suffisamment grosses et vigoureuses pour s'échapper par elles-mêmes.

En attendant la nuit :

Tout_bagay

Alertée à 3 reprises par les allées et venues d'une fourgonnette conduite par un barbu récupérant du monde sur la piste, je me suis sentie tout-à-coup bien vulnérable en simple bipède, mon barda sur le dos, et j'ai renoncé à ma balade hebdomadaire. Sortie perdue. Voilà. 

Des arbres oscillent, je balance. 

Aigle tyran - Spitzaetus tyrannus - le 18 sur Risquetout, au-dessus du bosquet de pins caraïbes, rectrices entièrement déployées.

Posté par vireusegate à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 11 octobre 2020

A 5° au-dessus de la ligne d'Equateur

Crâne de buffle

Posté par vireusegate à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 10 octobre 2020

Chants flûtés des tinamous. Querelles des perroquets. Les chants des grenouilles ricochent en écho. La forêt s'ébroue.

Ambiance

Ramphastos_tucanus

Le soleil s'est couché. La nuit et la forêt s'offrent tout entières.

Corallus caninus - juvénile

De la taille d'un grage jacquot, mais autrement plus corpulent. Tout jeune individu.

Corallus caninus - juvénile

Espèce intégralement protégée en Guyane française.

Et presqu'un Philodryas argentea.

Posté par vireusegate à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Encyclia sp.

Fin d'après-midi. Aspect cristallin des fleurs trempées de pluie. L'eau ruisselle dans les ornières.

Posté par vireusegate à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 8 octobre 2020

L'info circulait activement hier, et l'étude a été validée le 1er septembre 2020 :  Robert C. Jadin & Al : "Not withering on the evolutionary vine: systematic revision of the Brown Vine Snake (Reptilia: Squamata: Oxybelis) from its northern distribution"

L'étude indique que le complexe Oxybelis aeneus abriterait 5 taxons. Oxybelis aeneus est très largement distribué : sud des Etats-Unis, Amérique centrale et sur une grande partie de l'Amérique du sud. Une nouvelle espèce pour ce complexe vient d'être décrite de Trinidad et Tobago : Oxybelis rutherfordi. Plus fou, exit notre prétendu Oxybelis aeneus guyanais, au profit de O. rutherfordi également.

Et une 2nde nouvelle espèce a été distinguée, présente au Guatemala, au Honduras, au Nicaragua et au Salvador. Il s'agit d'Oxybelis koehleri.

---

Mais ceux que j'ai déjà estampillés O. aeneus (= de cuivre, de bronze) sur mon blog, le resteront. Trop fiu de corriger, et c'est bien plus joli.

 

Fausto Starace dans son Guide des Serpents et Amphisbènes de Guyane, (1998) aux  Editions Ibis Rouge, indique 5 groupes géographiques pour les serpents de Guyane française  : 1) le groupe amazonien (bassin amazonien) qui comprend entre autre Corallus caninus, Imantodes lentiferus, Dipsas indica et Epicrates maurus, 2) le groupe caraïbe : Oxybelis "aeneus", Oxybelis fulgidus, Dipsas variegata, Epicrates cenchria ou encore Sibon nebulatus..., 3) le groupe guyanais (du massif des Guyanes) : Dendrophidion dendrophis, Leptophis ahaetulla, Micrurus psyches..., 4) le groupe néotropical (au sud du tropique du Cancer) : Boa constrictor, Bothrops atrox, Imantodes cenchoa, Leptodeira annulata..., et 5) le groupe méridional (limitrophe du tropique du Capricorne) : Chironius fuscus, Chironius scurrulus, Pseudoeryx plicatilis, Thamnodynastes pallidus...

Posté par vireusegate à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 6 octobre 2020

Stéphanie

Posté par vireusegate à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :